Fools and innovation

Cet été, bien avant que le co-fondateur d’Apple ne meurt, un ancien ITMP, Bertrand le Bris, a partagé avec nous le (désormais célèbre) discours que Steve Jobs a prononcé à Stanford et qui est connu sous le nom de « The stay hungry, stay foolish speech ».  Car il conseille aux jeunes diplômés de rester affamé et naïve/ingénu (je ne sais pas comment bien traduire le mot « foolish ») – d’une certaine façon de rester hors des zones de confort qui sont la satiété et la sagesse.

Les dernières semaines, en pleine zone d’inconfort, au lieu de me concentrer uniquement sur les 10 morceaux du  répertoire de notre concert FUMA (Furneaux/Markowski) du samedi 14 janvier, je me suis laissé aller à des « distracting activities », et j’ai beaucoup écouté un nouveau CD de la chanteuse Stacey Kent, car le pianiste à le  toucher léger, et le saxophoniste le souffle velouté.   Peu à peu la première chanson est rentrée sous ma peau.  Au lieu de penser diligemment et sérieusement aux dix que nous allions jouer sur la péniche, c’était celle là qui me réveillait le matin et qui me trottait dans la tête.  Et j’ai commencé à écouter les paroles.  Tout d’un coup il me semblait que « Fools Rush In », comme Steve Jobs, nous incite à sortir des sentiers battus et d’aller vers la prise de risque et l’innovation. Il suffit d’entendre à la place des mots « love » et « romance » d’autres concepts comme « entrepreuneriat » et « innovation ».

Voici le texte de la belle chanson d’amour écrite en 1940 par Johnny Mercer et Rube Bloom…qui pour moi sonne comme une sorte de hymne à l’innovation et le prise de risque.

Romance is a game for fools I used to say – a game I thought I’d never play

Romance is a game for fools I sit and grin – then you passed by and here am I throwing caution to the wind.

Fools rush in where angels fear to tread, and so I come to you my love, my heart above my head

Though I see the danger there,  if there’s a chance for me then I don’t care

Fools rush in where wise men never go, but wise men ,never fall in love so how are they to know?

When we met I felt my life begin so open up your heart and let me in.

A défaut d’écouter la version de Stacey Kent, voici une ou Doris Day est accompagnée par André Previn

Publicités

A propos markowskikrys

I run an advanced Masters programme on project management and innovation at ESIEE
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s